Review musique: Horizon of Light and SHadow (remix de DJ Cutman) de Bravely Default

Salut à tous!

Je sais, ça fait déjà un moment, et la vérité c’est que j’arrêtais pas d’oublier, et que arrivé à 22h30 je me glissais dans mon lit, j’attrapais mon livre et je me disais « Oh merde, j’ai encore oublié le blog! » Mais hier, je voulais vraiment parler d’un chanson que j’écoute en boucle et du coup, si ça ne vous dérange pas trop, je vais la faire aujourd’hui.

Bravely Default est un RPG sorti sur 3DS en janvier il me semble, et je n’ai pas encore eu l’occasion de poser mes mains sur ce bijou, puisque c’est apparemment un très bon jeu. J’ai néanmoins vu la bande-annonce, et immédiatement la musique m’a transporter. C’est une hymne à l’aventure, et ça colle parfaitement au jeu.

Image de prévisualisation YouTube

Maintenant, je vous présente la version remixée d’une des chanson de la BO, par un youtuber du nom de DJ Cutman, et j’ai décidé d’en faire l’hymne officiel d’Helios, parce que cette chanson a la touche de modernité et le sens de l’aventure!

Version original:

Image de prévisualisation YouTube

Remix:

Image de prévisualisation YouTube

Moi, je trouve qu’elle a la classe!

Voilà, on se retrouve demain si je n’oublie pas!

Bye!

Publié dans : Review Musique | le 18 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Hélios chapitre 15 + Radioactive épisode 5

Salut à tous!

Non, pas de top 10 aujourd’hui, j’en avais prévu un mais il n’est pas fini, et entre temps j’ai posé mes mains sur Avengers VS. X-Men…

Quoi qu’il en soit, voilà le nouveau chapitre d’Hélios, et les choses deviennent de plus en plus intéressante!

Vous avez de la chance que je me sois souvenue qu’on est le 15, parce que j’ai faillis oublier Radioactive! Donc voilà la suite, un nouveau chapitre qui nous en dit plus sur les personnages…

Bye!

Heliosfichier pdf chapitre 15

fichier pdf Radioactive_5

Publié dans : Hélios, Radioactive | le 15 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Review YouTube: Can video games make you smatter? de ASAP Science

Salut à tous!

Désolée, il est tard, mais j’étais en train de jouer à Mario et Luigi. Quoi? Moi, je joue trop? Peut-être. Mais en tout cas, c’est bon pour mon cerveau.

Image de prévisualisation YouTube

Bye!

Publié dans : Non classé | le 14 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Review Gaming: Mario & Luigi au centre de Bowser

Salut à tous!

Mardi, alors que je rangeais encore une fois ma bibliothèque qui sert de décors pour mes vidéos, j’ai trouvé ce jeu, et je me suis souvenue que je ne l’avais jamais fini. Donc j’ai recommencé une partie, et depuis j’hallucine. Je me souviens avoir passé des heures dessus, à tenter vainement de battre les boss, à comprendre ce qu’il fallait faire, où il fallait aller, alors que maintenant c’est à peine si j’ai des problèmes!

Mario & Luigi au centre de Bowser est un RPG, et la suite d’une série qui a commencé sur Gameboy et qui vient de se poursuivre sur 3DS avec Mario qui fait une inception dans les rêve de Luigi! Mais plus sérieusement, un des aspect que j’aime le plus dans ce jeu c’est de pouvoir jouer avec Bowser. C’est vrai, on n’a jamais vraiment l’occasion de contrôler la tortue cracheuse de feu, à part lorsqu’il conduit un kart ou retrouve ses amis Nintendo pour un tournoi Smash. Et même si cette fois Bowser n’est pas vraiment le grand méchant de l’histoire, et que la seule chose qu’il veut faire est récupérer son château et « sa » princesse, c’est toujours drôle de frapper les ennemis en pleine tête au lieu de leur sauter dessus! Ce jeu est conçu pour optimiser la DS au maximum et il y parvient plutôt bien, avec les attaques spéciales au stylet et les quelques rares fois où Bowser devient géant et où le contrôler avec le stylet devient une obligation, et si contrôler les deux frères avec un bouton chacun semble un peu agaçant au début, on s’y fait vite et les faire sauter l’un après l’autre en continue est assez drôle à voir! Une chose que j’apprécie tout particulièrement est le bonus de niveau. Lorsqu’on gagne de l’expériences, comme dans chaque RPG, on monte de niveau, et ici, lors d’une monté de niveau, on peut faire tourner la roulette bonus, et appliquer un bonus à la catégorie qu’on veut. Par exemple, il est claire dès le départ que Luigi a une vitesse plutôt inférieure à celle de son frère, et bien on peut augmenter plus rapidement son stat vitesse grâce à se bonus! Et maintenant que j’y pense, il y a cette petite touche Zelda à l’histoire, avec la princesse qui protège un objet de convoitises, et les 3 objets à réunir pour se protéger du mal… Nintendo… Il devait surement avoir envie de faire un Zelda mais lequel…

Voilà, on se retrouve demain avec une review YouTube!

Bye!

Publié dans : Review Video Game | le 13 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Review film: Pompéi

Salut à tous!

Vendredi soir je suis allée voir Pompéi en 3D et c’était énorme! Entre le volcan, et tsunami et les combat de gladiateur, pour une fois, Paul W. S. Anderson n’a pas fait n’importe quoi! Le film parle du « Celte », Milo, un gladiateur qui vient de Londres et qui sera transporter à Pompéi pour les jeux qui se déroulent le jour même de la catastrophe. Il va évidemment rencontrer une jolie fille, qui n’est autre que la fille du haut dirigeant de la ville, et qui refuse depuis un moment les avances d’un sénateur romain qui vient justement à Pompéi pour voir les nouveaux travaux que le père veut organiser dans la ville. Est-ce-que ça vous rappelle quelque chose? Moi, ça me fait penser à Titanic! Vous savez, la catastrophe sur fond de romance, avec une fille de la haute société qui tombe amoureuse d’un garçon au plus bas de l’échelle social, avec un rival qui tente coûte que coûte de se faire aimer de la fille et un amoureux qui tentera de la sauver par tous les moyens. Maintenant, j’aimerais parler de la fin, mais ça s’appelle un spoiler, donc si vous ne voulez pas savoir, descendez d’un paragraphe en fermant les yeux. Si vous l’avez déjà vu ou que vous vous en moquez, alors voilà ce que j’en pense.

 

 

 

 

La fin est le twist que le Titanic n’avait pas. Le fait qu’il meurt tous les deux donne un tournant nouveau dans l’histoire, presque un nouveau sens. Je dois dire que j’avais plusieurs idées sur comment le film allait finir, mais aucune n’incluait celle-là. D’abord, il est drôle de voir chaque personnage et de se demander quand ou comment il va mourir. Et à part pour le couple principal, je savais qu’ils allaient tous y passer. J’ai eu une lueur d’espoir pour le copain gladiateur de Milo, mais il y est resté aussi, et après ça j’ai cru qu’il n’y aurait plus de mort. D’abord, je pensai que la fin serait assez proche de celle d’un film avec Tom Cruise, réalisé par le réalisateur de Tron l’Héritage et avec la bande originale des M83 (je ne veux pas donner le nom, si jamais certains ne l’ont pas encore vu). Je pensais qu’ils trouveraient le temps de faire un enfant, et qu’elle s’échapperait, et que le fils de Milo serait la seule chose qu’il lui restait. Mais une fois leur escapade de nuit passée, c’était cuit. Donc j’ai supposé tout du long qu’ils trouveraient le moyen de s’échapper. Et jusqu’à ce qu’ils tombent de cheval je l’ai cru. Ensuite, je me suis dit que c’était impossible, qu’ils allaient être sauvés par les dieux. Mais quand j’ai vu la caméra tourner autour de leur corps sous la cendre, je dois bien avoué que j’ai pleuré. Je suis passé à travers les 5 phases qu’on rencontre face à la mort: Le déni, la colère, le marchandage, la dépression et enfin l’acceptation. Et avec le recul, j’ai fini par voir la beauté de la statue. Réunis à jamais, l’un contre l’autre. C’est d’une beauté magnifique.

 

 

 

 

En tout cas, c’est pour le moment le meilleur film que j’ai vu depuis le début de l’année 2014, et j’espère qu’il sera nominé pour l’Oscar des meilleurs effets spéciaux.

Image de prévisualisation YouTube

 

Voilà, on se retrouve demain avec une review gaming!

Bye!

Publié dans : Review Film | le 12 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Review livre: Divergente de Veronica Roth

Salut à tous!

Aujourd’hui je vais vous parler du livre que je suis en train de lire et qui est un des meilleur que j’ai lu depuis un moment. Divergente, dont l’adaptation sort dans quelques semaines il me semble, pourrait être facilement comparé à Hunger Games. Oui, ça se passe dans un futur post-apocalyptique et oui, le personnage principal est une fille de 16 ans, mais la comparaison s’arrête là. Dans ce futur, la population est divisé en 5 factions, avec pour chacune une attitude prédominante différente. Il y a les Candor, qui refusent le mensonge et ne disent que la vérité, les Erudit qui aiment le savoir et s’instruisent chaque jour un peu plus, les Amity, qui ne veulent que la paix, les Abnegation qui pensent que l’égoïsme est à bannir, et les Dauntless qui refuse la lâcheté et ne jure que par le courage. (Les nomes des factions sont en anglais, parce que je ne le lis pas en français)

Cette histoire parle surtout de courage, car Tris, le personnage principal, décide d’affronter son destin et de changer de faction lors de la cérémonie du choix. Elle quitte Abnagtion et rejoint les Dauntless, elle décide d’être égoïste et courageuse, et de quitter sa famille. Le problème est que Tris est Divergente. Lors de son test d’aptitude sensé dire à quel faction elle appartient, elle c’est retrouvé avec 3 choix possibles. Les Divergents sont dangereux pour le système du pays, puisqu’ils le remettent en cause. Elle doit donc se cacher et faire ses preuves en temps que vrai Dauntless, sans que personne ne découvre sa réelle identité. C’est une trilogie, et j’ai hâte de savoir ce qu’il va se passer après. L’aventage, c’est que la bande-annonce n’en dit pas trop sur l’histoire, et donc voir l’annonce du film ne vous gâchera rien!

Image de prévisualisation YouTube

Je vous avais dit dans mon dernier top 10 que j’aurais surement  mis Divergente si je l’avais lu, et bien j’avais raison à 200%!

Voilà, on se retrouve demain et je vais enfin pouvoir vous dire ce que j’ai fait vendredi soir!

Bye!

Publié dans : Review Livre | le 11 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Review musique: Wings de Birdy

Salut à tous!

La chanson qui m’a le plus inspiré ses derniers temps sur une grande partie d’Helios (dans les chapitres qui viendront dans très très longtemps) est la chanson de Birdy, Wings. Elle est magnifique, et c’est une sorte d’ode à l’amour. Les paroles sont magnifiques, et la voix de Birdy est sublime. Bon sang, j’ai l’impression de parler d’un petit oiseau… C’est pas grave. J’ai besoin de repos…

Image de prévisualisation YouTube

Maintenant j’ai presque envie de pleurer…

 

Bon, on se retrouve demain pour une review livre, et en attendant je vais chercher des mouchoirs…

Bye!

Publié dans : Review Musique | le 10 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Les Aventures de Steve à Helios!

Salut à tous!

Je suis en pleine déprime. Demain c’est la rentrée, et je ne me suis pas sentie aussi mal depuis un moment. Ne vous en faites pas, ça va passer. Je dois juste vous dire deux-trois trucs. D’abord, vendredi soir. J’étais au cinéma. Je suis allée voir le film de la prochaine review de mercredi, et comme la seule séance en 3D était à 19h45, je suis partie à 19h et je suis rentrée, j’ai mangé, je suis allée me coucher. Pour hier, je préparais la vidéo. Je sais que je vous ai raconté pas mal de mensonges toutes la semaine, comme quoi j’allais faire des reviews, et que ce serait prêt pour la fin de la semaine. Mais hier, alors que je ne trouvais pas le courage de parler à une caméra, je me suis demandé qu’est-ce-que j’aime vraiment faire. Apprendre des choses qui semblent tellement inutiles et les retenir, pour les balancer pendant la conversation et impressionner tout le monde. Juste découvrir quelque chose que je ne savais pas, à propos de quelque chose que j’aime. Alors j’ai passé tout hier soir à chercher des infos et à les noter pour préparer ma première vidéo, qui sera prête au plus tôt je l’espère. En tout cas, je vous préviendrai!

Vous êtes venus pour Helios, et bien pas cette semaine. Pour une raison de grande dépression, l’auteure a décidé de ne pas rouvrir son fichier pour le corriger. Et ça n’a aucun rapport avec un retard sur Helios, parce que j’ai 15 chapitres d’avance sur vous. Non, je n’ai pas bu, je viens de manger des pattes, et maintenant j’ai mal au ventre. Donc on se revoit la semaine prochaine pour ça!

Maintenant, pour ceux qui sont restez, voici enfin mon aventure dans Minecraft, qui ne se passe jamais comme prévu. Pourquoi Helios? Parce que c’est le nom de ma map.J’étais très inspirée à ce moment là! Voici le première épisode: Un départ explosif.

Il était une fois, dans un pays fait de cube et de pixels, un personnage par défaut du nom de Steve. Lorsque Steve s’éveilla, il entreprit de couper du bois pour se fabriquer au plus vite une maison. Il coupa autant de bois qu’il le put, jusqu’à ce que le soleil soit au-dessus de lui. Il marcha alors jusqu’à la mer, et décida de construire une grande maison dans le désert. Malheureusement, le soleil se couchait, et Steve se dépêcha davantage, de peur qu’un monstre ne l’attaque alors qu’il était sans défense. Il construisait le haut de son mur, lorsqu’il aperçut au loin un Creeper, un bug d’encodage vert qui leva la tête vers lui. Puis Steve détourna le regard, et pria que le monstre ne l’aie pas vu. Malheureusement, peu de temps après, une explosion retentit et fit tomber Steve de son toit. Il en mourut sur le coup. Il réapparut au même endroit que la fois précédente, et, dans la nuit noire, entreprit de retrouver son chemin jusqu’à sa nouvelle maison. Il s’arrêta un instant pour couper du bois, et fut attaquer par un squelette, qui lui tirait dessus avec son arc. Toujours aussi malchanceux, Steve mourut, et réapparut seulement quelques mètres plus haut, à ce qui lui semblait désormais être son point d’apparition. Steve repartit, évitant de peu des araignées aux yeux rouges qui voulaient lui sauter dessus. Il retrouve sa maison alors que l’aurore pointait, et vit avec horreur que le Creeper avait laissé un trou dans sa demeure. Il reboucha le sol, le mur, et finit enfin de construire. Mais alors qu’il achevait à peine son oeuvre, la lune remontait dans le ciel. Il rentra chez lui avant même de pouvoir y placer une porte. Il plaça dans un coin sa table de construction, et fabriqua sa porte. Malheureusement, lorsqu’il retira un premier bloc, il vit immédiatement un squelette qui lui tira dessus. Il se prépara à être aussi rapide que l’éclaire, mais n’eut pas le temps de placer sa porte. Le squelette le tua et il réapparut au même endroit que d’habitude. Il repartit pour sa maison, et trouva l’endroit étrangement désert. Ainsi qu’un autre trou dans sa maison, causé par un Creeper qui l’avait vu tenter de poser sa porte. Il reboucha, plaça l’entrée, et le jour se leva. Ainsi s’acheva le premier calvaire de Steve.

 

C’est une histoire vraie, mais je vous ai supprimés tout les cris de paniques et tout. En tout cas, ce n’est que le début! On verra pour un prochain épisode quand je me sentirai inspirée!

Bye!

Publié dans : Les Aventures de Steve, News | le 9 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Review gaming: South Park, The Stick of Truth

Salut à tous!

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un jeu incorrectement et à mourir de rire, dérivé de la série animé South Park. The Stick of Truth est attendu depuis tellement longtemps qu’on en perd le fil, mais il ne déçoit pas! Apparemment très proche de la série, c’est un RPG bourré de références et au bon sang son humour est incorrecte. Je ne sais pas si vous regardez South Park, pas moi en tout cas, mais d’après les fans de la série, jouer c’est un peu comme regarder un épisode. C’est dire à quel point ce jeu est bien. Evidemment, cela comprend aussi tout ce qu’on peut qualifier de « politiquement incorrecte », comme par exemple lors du moment du choix de la classe du personnage, où le choix se fait entre sorcier, guerrier, paladin et juif. Oui, juif. Et ça, c’est rien comparaît au reste du jeu, vraiment rien.

Image de prévisualisation YouTube

Voilà maintenant le premier épisode de The Golden Skull, mon cross-over zombie/princesses! Nous fixons donc la date au 6 de chaque mois, donc rendez-vous le mois prochain pour la suite!

Bye!

fichier pdf TheGoldenSkull_1

Publié dans : Review Video Game, The Golden Skull | le 6 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Review film: Mr. Peabody & Sherman + UNE ANNONCE IMPORTANTE!

Salut à tous!

J’ai l’impression que le mois de Mars commence comme un gruyère! Mais cette fois encore, j’ai une bonne explication: J’ai enfin décidé de commencer des vidéos! La première sera publié d’ici la fin de cette semaine, puis que je dois normalement la tourner demain. L’émission s’appelle « Shell R Dumbster », soit étagère ou poubelle, et je parlerai d’un livre, en me demandant vraiment si ce livre à sa place dans une bibliothèque, ou s’il est mieux adapté dans la benne à ordure! Mais maintenant, passons à la review d’aujourd’hui, celle du film d’animation Mr. Peabody & Sherman, des studios Dreamworks.

Au départ, je voulais parler en même temps du film « Lego, la grande aventure », qui mérite vraiment qu’on y prête attention, surtout en terme de réussite technique. Mais en regardant le film, je me suis dit qu’il avait besoin de sa propre review, surtout pour les thèmes qu’il aborde et qui me sont chers. J’aurais pu en parler d’abord, mais il y a quelque chose qui m’a intrigué dans le film de Dreamworks, et il m’a bien fallu la moitié du film pour comprendre quoi. Mais ne vous en faites pas, j’y reviendrai.

Mr. Peabody & Sherman est au départ une série d’animation des années 60, ou plutôt un segment de l’émission, qui parle aux enfants de l’Histoire à travers les voyages temporelles du garçon et de son père, le chien le plus intelligent du monde. Et c’est là que se pose le problème. La grande question du film, et qui, dans le cas présent, traverse même les époques, est de savoir si oui ou non un chien peut élever un humain. Evidemment, comme c’est un film pour enfant, et sans trop rien spoiler, la réponse est oui. Et c’est cette question qui m’a ramener à la réalité. Car dans notre société, il y a bien quelque chose, une question similaire, qui si rapporte, et pour laquelle de nombreuses personnes sont engagés. Si vous ne voyiez pas encore de quoi je veux parler, il s’agit de l’homoparentalité. Je ne sais d’où vous venez, mais en France, et ceux malgré la loi qui vient de passer, et qui reste un sujet délicat, on voit clairement que beaucoup continuent de ce battre contre, et je trouve que c’est débile.

Maintenant, avant que vous ne montiez sur vos grands chevaux en hurlant « Mais quoi! Comment oses-tu faire une allégorie sur un tel sujet alors que c’est un film pour enfant! » D’une, vous êtes surement aveugle, puisque depuis plusieurs années maintenant, un bon film d’animation se doit de faire écho à la vie moderne, et avoir plusieurs niveaux de compréhensions. Si vous me permettez, je reviendrai surement un jour sur La Reine des Neiges et pourquoi il est différent, et bien meilleur, que beaucoup d’autres films Disney. Mais revenons à nos moutons. Nous avons ici Sherman, un garçon qui vient de rentrer à l’école. Avant de passer la porte, il dit au revoir à son père, le chien-génie Mr. Peabody, devant l’œil un peu moqueur de Penny, sa camarade de classe. Juste après, durant une leçon d’Histoire, il se trouve que Sherman en sait plus que Penny, ce qui attise la jalousie de la petite fille. Durant le repas du midi, Penny commence donc à se moquer de lui et de sa filiation à Peabody, le traitant de chien et l’obligeant à aller chercher son sandwich comme « un chien obéissant ». Mais lorsqu’elle s’en prend à lui physiquement, il la mord pour se défendre. La mise en cause? L’éducation d’un chien, et immédiatement une femme des services sociaux plus cliché qu’un appareil photo veut qu’on enlève la garde du garçon à Peabody. Elle dit même, si ma mémoire est bonne, que c’est une « bêtise » de lui avoir accorder la garde de l’enfant, et qu’elle va s’appliquer à ce qu’on la lui retire. Pour arranger les choses, Peabody organise un repas avec les parents de Penny, qui commencent par avoir l’air un peu réfractaires au seul fait que Peabody soit un chien, mais qui, en apprenant à le connaître, l’accepte pour ce qu’il est. Quelques épisodes de voyages temporelles plus tard, alors que tout part en sucette et qu’on va retirer la garde de Sherman à son père, tout le monde, dans une vague d’émotion, prétend être un chien, soit ici une personne aimante, toujours prête à aider et soutenir ses proches.

Si on en réfère au message de base de ce film, il parle surtout de la relation entre Peabody et Sherman, un père qui a peur de voir son fils grandir, et un fils qui a peur de désobéir à son père. Maintenant, je vois peut-être des sous-entendu de partout, mais je trouve que c’est une analyse qui se reflète à travers la construction du film, une histoire d’acceptation. Pour moi, il y a évidemment quelque chose derrière ce que je viens de vous dire au-dessus, et ce quelque chose pourrait être l’histoire d’un enfant aux parents aimant, mais qui aurait deux pères ou deux mères pour l’aimer. Je ne connais pas la position de Dremworks sur le sujet de l’homosexualité, mais je ne pense pas qu’il soit assez idiots pour qu’un film passe en salle sans qu’il n’en connaisse à peu près les divers interprétations qu’une personne pourra lui donner. Et si je ne me suis pas focaliser sur les personnages, l’histoire ou même l’animation, c’est parce que cela m’a immédiatement intriguée. Je me demande si je suis la seule à l’avoir interprété de cette manière, ou si d’autre on fait le rapprochement. En tout cas, c’est un très beau film, et en temps que fan de voyages temporelles, il est toujours intéressant de voir les lois que d’autres appliquent.

Image de prévisualisation YouTube

Voilà, j’espère n’avoir offensée personne ce soir, en attendant sachez que demain sortira le première épisode de mon cross-over Princesses Disney et Zombies. Enfin, s’il reste toujours quelqu’un pour venir lire ce que j’écris!

Bye!

Publié dans : News, Review Film | le 5 mars, 2014 |Pas de Commentaires »
12345...9

Yffic22 |
E-cigs Brands |
Poupeeeverafterhigh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Behind the Moon
| Prettysisters
| Les légendaires BD